Le sommeil de bébé : ce n’est pas une affaire de stratégies, mais plutôt de relation

À mon bébé qui naîtra dans les prochains jours

Sache que je n’ai pas l’intention d’écouter les gens qui disent que c’est une erreur de t’endormir dans mes bras ou de t’allaiter pour t’aider à te laisser plonger dans le sommeil …

…qu’il faut absolument que je te dépose éveillé dans ton lit pour ne pas créer de mauvaises habitudes.

…que c’est correct que je réponde rapidement à tes besoins le jour, mais qu’après le coucher du soleil, ces mêmes besoins ne doivent plus être écoutés et que je dois te faire attendre.

…t’apprendre à te débrouiller seul.

…que je dois mettre injustement le fardeau de la responsabilité de ma fatigue sur tes épaules, toi qui est l’être le plus petit et le plus fragile de toute la famille. 

En fait, je suis aujourd’hui immunisée contre les tactiques de ce jeu et je veux participer à la transformation que notre société est en train de vivre. 

Parce que selon mon expérience, les «règles» et les «accessoires» du jeu de l’entraînement au sommeil se transforment rapidement en piège pour plusieurs familles. Un piège dans lequel je suis tombée quand je suis devenue maman pour la première fois… 

C’est un jeu qui peut créer beaucoup de culpabilité et qui fait peur aux parents pour leur donner envie de «réparer» leurs bébés qui ne sont même pas brisés.

Mais le problème c’est que la majorité des bébés ne croient pas aux tactiques de ce jeu. 

Et malheureusement pour l’industrie de l’entraînement au sommeil, une quantité grandissante de parents non plus.

De plus en plus de parents s’informent des alternatives pour pouvoir faire un choix éclairé en lien avec le sommeil de leur bébé. 

Des mères allaitent leurs bébés pour les endormir le soir ou pour la sieste.

Des pères font une place à leurs enfant dans leur lit.

Des mères allaitent durant la nuit en étant à moitié endormie.

Des pères s’allongent patiemment à côté de leurs enfants aussi longtemps qu’il le faut pour qu’ils s’endorment. 

Et c’est très bien comme ça. 

Je veux aider les familles à créer des pratiques de sommeil qui ont comme objectifs de prendre soin des parents, sans compromettre les besoins valables des bébés. 

Parce que si nous avons le courage d’écouter, vous les bébés, nos enfants, nous dites exactement ce dont vous avez besoin.

Et c’est simple.

Vous avez besoin de nous.

Vous avez besoin de connexion.

Vous avez besoin de contact.

Vous avez besoin de sécurité.

Et soyons honnêtes, nous aussi en tant qu’adultes, avons besoin des mêmes choses…

Par contre, c’est possible que nous ayons appris à refouler nos sentiments, à douter de nos instincts et à nier les coutumes qui font de nous tous des êtres humains.

Parce que oui, nous sommes d’abord et avant tout des mammifères, d’une espèce qui porte ses bébés et qui est conçue pour le sommeil en groupe. 

Avec les années, j’ai appris et intégré ces principes.

Maintenant, c’est d’une évidence pour moi, mais ça a été un réel cheminement avant d’en arriver là. 

Aujourd’hui, je sais que les bébés dorment comme les bébés, pas comme les adultes.

Tes phases de sommeil sont plus légères pour te protéger naturellement de la mort subite du nourrisson.

Ma présence stabilise ton rythme cardiaque, ta température et stimule ta respiration.

Quand tu seras rendu un bambin, tu dormiras comme un bambin, pas encore comme un adulte.

La nuit, mon lait contient de la mélatonine qui favorise le sommeil et t’aide à te rendormir plus rapidement. 

J’ai appris qu’il est biologiquement normal d’allaiter un enfant de 1, 2, 3 ou 4 ans pour l’endormir le soir et l’aider à se rendormir la nuit.

Je sais que c’est tout à fait approprié pour le développement d’un enfant de 18 mois de se réveiller plusieurs fois par nuit.

Je sais aussi que c’est physiquement et psychologiquement sain de m’endormir en même temps que toi à 19h00 le soir (et qu’aussi dérangeant que ça puisse paraître, je n’ai pas envie d’échanger ça contre une sortie).

Et surtout, je sais que tous ces comportements ne signifient pas que tu as des problèmes de sommeil ou que ce soit moi qui agisse d’une manière inadéquate. 

Oui, c’est difficile.

Mais non, tout ça ne fait pas de moi un «accessoire» de sommeil.

Je ne suis pas une «suce».

Je suis ta mère.

Je sais que l’allaitement n’est pas une «mauvaise association pour le sommeil». 

Je sais maintenant qu’être parent n’est pas une affaire de stratégies, mais plutôt la construction d’une relation.

Autant le jour que la nuit.

Pourquoi appliquer des règles différentes en fonction du coucher du soleil?

Pourquoi lutter contre la petite personne qu’on aime le plus au monde?

Bref, je ne laisserai pas les autres définir ma relation avec toi.

Je vais répondre à tes besoins le plus rapidement possible (tu as quand même 1 frère et 1 soeur, mais tu sentiras mes bonnes intentions j’en suis convaincue).

Je sais qu’on va surement pleurer tous les deux ensemble lors des soirées plus difficiles, mais te sentir près de moi me fera de bien.  

Je veux que tu saches que tu peux me faire confiance. 

Je veux que tu puisses te réfugier dans mon amour pour te rassurer, et non pas «travailler» pour la gagner.

Je veux construire des schémas émotionnels sains dans ton cerveau en plein développement. 

Je vais veiller aussi à prendre soin de moi et à bien m’entourer.

Je n’ai pas besoin de solutions rapides, j’ai besoin de soutien. 

Je n’ai pas besoin de bidules à 100$ pour faire en sorte que tu dormes plus. 

J’ai besoin d’une épaule pour pleurer.

D’une oreille pour m’écouter, au lieu de me faire dire ce que je dois faire. 

De quelqu’un pour s’occuper de toi pendant que je prends une douche tranquille. 

De quelqu’un pour nous préparer le déjeuner, remplir ma bouteille d’eau, faire les commissions, plier le linge…

De quelqu’un pour me rappeler que les sacrifices que je fais pour toi sont d’une valeur inestimable. 

Je sais aussi qu’il existe plein de ressources si jamais je me sens dépassée par les évènements. 

Je ne tarderai pas à lever le drapeau rouge et aller chercher du soutien au besoin. 

On a hâte de te voir. 

Tes besoins comptent et ta voix sera entendue, autant la nuit que le jour. 

Écrit par Sandy Delisle, consultante en lactation IBCLC, avec l’aide des mères fondatrices de Ma famille, notre sommeil

Ce texte est inspiré de différentes lectures et formations provenant de :

Dépistage rapide du sommeil du bébé et du bambin

17 questions.
5 minutes.

Un outil de dépistage gratuit qui analyse votre situation et vous propose des solutions.

Cliquez ici pour découvrir l'outil.

Soutien en ligne

Tombez en amour avec notre programme de soutien et de formation en ligne sur le sommeil des bébés et des bambins. Pas besoin de payer pour des webinaires différents en fonction de l'âge de votre enfant. Tout est inclut dans notre programme -> pour créer une relation saine avec le sommeil, renforcer le lien d'attachement, comprendre les difficultés de notre enfant en lien avec le sommeil, réussir à se sentir reposée et zen. Parce que le sommeil sans entraînement au sommeil procure des résultats durables qui modifie non seulement la façon dont notre enfant dort, mais aussi le parent que nous sommes.

Obtenez 50% de rabais jusqu'au 15 août. Seulement 31.50$ (inclut du soutien personnalisé)

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
M'aviser de