Allaitement à l’amiable et sevrage. Comment mettre ses limites?

Allaitement aux signes d’éveil, allaitement à la demande, introduction des solides, puis allaitement à l’amiable… À mesure que notre bébé grandit, nous avons la possibilité de le laisser quelques heures sans avoir à tirer notre lait pour lui offrir durant notre absence. Ce temps passé loin de notre enfant lui permet de se faire une idée de la vie sans le sein. Vient ensuite un temps où notre enfant marche, mange comme le reste de la famille, s’exprime avec des mots, des phrases et… peut tout aussi bien demander 5 fois à téter dans la même heure! Oui, parfois allaiter un bambin peut être plus demandant qu’allaiter un nouveau-né! 

Même si on souhaite poursuivre l’allaitement de notre bambin, le fait de fixer des limites fait partie du processus de sevrage en douceur. Il faut garder en tête que durant toute notre aventure d’allaitement, il ne s’agit pas uniquement de notre enfant et de ses besoins à lui, tout le temps. L’allaitement (incluant l’étape du sevrage) concerne autant l’enfant que sa mère! En fait dès le tout début, il s’agit d’une relation qui se construit entre la mère et son bébé. Bref, il est tout à fait possible de continuer à allaiter son bambin, tout en fixant ses propres limites et en considérant ce qu’on est capable de gérer pendant la journée. 

Suggestions pour un sevrage en douceur

* À noter. Certaines suggestions fonctionneront à merveille pour votre enfant, alors que d’autres ne fonctionneront pas du tout. Essayez, observez et ajustez-vous à la situation! Rappelez-vous que bien souvent, un sevrage en douceur implique de faire deux pas en avant, puis un pas en arrière. Gardez confiance! Cela peut prendre du temps, mais vous y arriverez. 

Fixer des limites

Vous n’avez pas besoin d’allaiter votre enfant aussitôt qu’il vous le demande. Vous pouvez très bien faire attendre votre enfant de 2 ans si vous êtes en train de faire quelque chose d’important. Oui, peut-être que parfois il sera de mauvaise humeur, mais à cet âge, votre enfant est certainement en mesure de comprendre qu’il doit attendre. Vous pourriez également envisager d’allaiter seulement lorsque vous êtes assise dans une chaise en particulier ou lorsque vous portez un chandail spécifique pour aider votre enfant à comprendre qu’il peut boire du lait seulement à ces moments précis.

Parler

La communication, c’est tellement la clé! Parlez à votre enfant. Si vous êtes en train de manger, vous pouvez lui dire que vous devez terminer votre repas avant de l’allaiter. Si vous êtes malade, vous pouvez lui dire que vous ne vous sentez pas bien et que vous avez besoin de vous reposer un peu avant de l’allaiter. 

Compter

Dites à votre enfant qu’il peut téter pendant X secondes ou minutes (à vous de déterminer le temps). Si par exemple vous permettez à votre enfant de téter pendant 10 secondes,  comptez à haute voix et lorsque vous arrivez à 10, vous décrochez votre enfant et faites une activité différente. Si votre enfant veut téter encore, vous pouvez lui offrir le sein à nouveau en faisant encore le décompte. Ainsi, votre enfant comprend rapidement qu’il lui reste 10 secondes et qu’ensuite c’est terminé. Après 10 secondes, soit il laissera le sein de lui-même, soit c’est vous qui le faites doucement. Personnellement, après avoir utilisé cette technique pendant quelques jours, ma fille de deux ans 1/2 se décrochait d’elle-même, sans frustration et même parfois avant de me rendre jusqu’à 10 secondes.

Certaines femmes utilisent un minuteur, par exemple sur leur téléphone, pour fixer une durée d’allaitement sur chaque sein. Cela les aide à savoir que la fin approche bientôt. Vous pouvez laisser votre enfant choisir le son de l’alarme lorsque le temps est écoulé.

Distraire

Essayez de repousser la tétée à plus tard en proposant autre chose à votre enfant pour le distaire. Dessin, lecture, peinture, pâte à modeler, télévision, nourriture, lego…. Si vous allaitez en tandem, sortez une «boîte de jouets spéciaux» lorsque vous allaitez votre nouveau-né. Essayez de ne pas allaiter votre nouveau-né devant votre plus vieux. Installez-vous dans une chaise différente et distrayez votre plus vieux le plus possible.

Bouger (ne pas s’asseoir) 

Si vous êtes assise en train de relaxer sur le divan, votre enfant vous trouvera! Il vous demandera le sein, il essaiera de soulever votre chandail pour se servir lui-même. Alors bougez et essayez d’éviter de vous asseoir à l’endroit où vous avez l’habitude de l’allaiter. 

Sevrer la nuit 

Le sevrage la nuit est une étape énorme! Oui l’allaitement la nuit c’est important, c’est pratique et c’est même agréable, mais il arrive parfois que nous ayons envie de retrouver notre espace, notre bulle. Ce qui est bien légitime! Si vous avez besoin d’aide pour le sevrage de nuit, cliquez ici pour lire l’article sur le sujet qui présente la méthode que j’ai employée (inspirée de la Méthode Gordon). 

Donner beaucoup d’attention et de câlins 

Bien souvent, plus on arrive à s’engager pleinement dans nos interactions avec notre enfant, plus il est facile de l’empêcher de prendre le sein. Ça peut vouloir dire de s’asseoir au sol pour lire un livre, le chatouiller, aller gambader dehors, danser ensemble. Tout ce qui est agréable pour lui, mais aussi pour vous! Rappelez-vous que s’engager pleinement veut dire être présente à 100%, être authentique et donc… laisser son cellulaire de côté. Si c’est difficile pour vous de prendre une pause d’écran, voici un site web qui pourrait vous intéresser.

Offrir une collation ou un verre d’eau 

Offrez un smoothie, un verre d’eau ou une petite collation à votre enfant lorsqu’il vous demande le sein. 

Arrêter doucement

Si certains comportements de votre enfant au sein vous dérange (comme taponner le mamelon ou pincer la peau), vous pouvez les arrêter doucement. Le faire de manière brusque, que ce soit de par vos mouvements ou le ton de votre voix, rendra la chose plus difficile pour votre enfant. Allez-y doucement, avec agissant avec une voix douce, calme et confiante. Votre enfant sera plus enclin à l’accepter.

Ajuster son langage

Votre langage peut aussi faire une différence. Au lieu de dire «non, pas tout de suite», essayez plutôt «oui, tu pourras téter après avoir mangé ta collation» ou  «Mets ta main sur ton bedon», «Touche mon collier», plutôt que «arrête de me taponner» .

Accueillir la frustration

Si votre enfant se fâche, restez près de lui pour accueillir son émotion. Pas besoin de dire ou de faire quoi que ce soit, soyez seulement présente pour lui, le temps que sa frustration passe. Une fois qu’il sera calmé, offrez-lui autre chose (eau, câlin, collation).

 

*Finalement, le sevrage ne doit pas nécessairement être tout noir ou tout blanc. Vous pouvez choisir de diminuer la fréquence des tétées, de fixer vos limites ou de sevrer complètement. Rappelez-vous qu’il ne s’agit pas uniquement de votre enfant et de ses besoins à lui, mais aussi de la relation que vous construisez avec lui, de vos propres besoins et des circonstances

*Si vous ressentez de l’aversion pour l’allaitement, cliquez ici. 

0 0 vote
Évaluation de l'article
S'inscrire
M'aviser de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments