Sevrage de l’allaitement la nuit

Conçue pour aider les mères qui veulent arrêter d’allaiter la nuit, peu importe la raison. Une méthode étape par étape, qui propose également des solutions si la mère et l’enfant ne sont pas tout-à-fait prêts pour entamer cette transition.

Créée et offert gratuitement par Sandy Delisle, consultante en lactation certifiée IBCLC.

«J’ai regroupé tous les outils pertinents pour créer une méthode ajustée aux besoins des mères et des bébés. Je vous partage le processus que j’ai personnellement suivi pour me sentir reposée et zen en travaillant à temps plein avec un enfant sur deux qui se réveille plus de 5 fois la nuit pour téter. Cette méthode m’a permis de réussir à faire un sevrage de l’allaitement la nuit, ce qui a diminué mon aversion pour l’allaitement et m’a permis de continuer d’offrir le «lait magique» à ma fille hypersensible sensorielle de 4 ans.

Découvrez une approche centrée sur vos besoins, tout en renforçant votre lien d’attachement avec votre enfant et le développement de son plein potentiel.

Objectifs

– Connaître une méthode étape par étape pour faire le sevrage nocturne, tout en respectant les besoins de la mère et du bébé.
– Découvrir des alternatives si la mère et le bébé ne sont pas tout-à-fait prêts pour cette transition.

Les 3 étapes

Notre consultante en lactation s’est inspirée de la méthode du Dr. Jay Gordon pour vous présenter les principes suivants. Cette méthode s’adresse aux mères qui ne veulent plus allaiter la nuit, peu importe la raison. Ce guide vous aidera à introduire doucement des changements à votre façon de dormir.

Vous aurez besoin de :

  • un enfant qui comprend le concept 
  • beaucoup d’amour et de compassion 
  • du renforcement positif 
  • une gourde d’eau près du lit 
  • une collation santé près du lit 
  • un ou deux matelas au sol


Répondre aux besoins physiques et émotionnels


En tout temps, offrez beaucoup d’amour et de compassion à votre enfant puisqu’il s’agit d’une transition qui peut être difficile pour lui. 
La nuit, la présence et le réconfort peuvent être offerts par vous ou par toute autre personne en qui votre enfant a confiance. 
Remplacez le lait par de l’eau et une collation santé pour répondre à la faim et/ou la soif.


Offrir du renforcement positif


Dites à votre enfant comme vous êtes fière de lui. 
Remerciez-le pour la bonne nuit de sommeil et rappelez-lui que vous serez toujours présente pour lui s’il en ressent le besoin.


Se faire confiance

On entend souvent : «il ne faut pas céder, il faut tenir son bout».


Cette approche est différente. En tout temps, si vous sentez que ce n’est plus une bonne solution pour vous ou pour votre enfant, vous pouvez revenir à l’allaitement nocturne et explorer d’autres alternatives pour vous sentir mieux. Vous pourrez essayer à nouveau plus tard.


Vous pouvez également modifier l’approche ; il est toujours préférable de demeurer flexible pour s’ajuster à notre enfant et à la situation. Rappelez-vous que vous connaissez mieux que quiconque votre enfant.

 


Il est possible que vous ou votre enfant ne soyez pas complètement prêts. Consultez la liste des éléments favorables ci-bas pour vous donner une idée.

Sommes-nous prêts?


Présentement, MON ENFANT…

  • est en santé
  • a un bon état général
  • ne vit pas de stress ou de changements importants
  • a plus d’1 an

 

Présentement, JE…

  • me sens capable d’accompagner mon enfant avec calme et compassion
  • suis prête à dépenser de l’énergie, autant physiquement que mentalement
  • suis disponible pour mon enfant le jour
  • peux compter sur une personne de confiance pour m’aider


Est-ce que votre situation correspond à ces énoncés? Si la réponse est non, le sevrage nocturne risque d’être encore plus difficile, voire même déconseillé. Peut-être que nourrir votre enfant vous paraîtra plus facile que d’accompagner la colère, la tristesse et la frustration face à un refus. Si c’est le cas, vous avez le droit de vous écouter et de remettre le sevrage nocturne à un autre moment.

 

Vous pouvez quand même agir pour vous sentir mieux dès maintenant. Les astuces simples présentées dans le dernier module pourront grandement améliorer la situation!

 

Cette première étape est la plus souvent négligée, mais à mon avis, c’est la plus importante. 


Nommez vos besoins
Commencez par expliquer la situation à votre enfant. Dites-lui comment vous vous sentez : «Je suis fatiguée… J’aimerais que tu boives du lait le jour seulement et qu’on puisse dormir la nuit. J’aimerais avoir plus d’énergie pour jouer avec toi le jour.» Si vous devez sevrer votre enfant pour des raisons de santé

Discutez du concept
Quelques jours avant le sevrage, discutez avec votre enfant du concept de sevrage nocturne. Vous pourriez par exemple lui expliquer que lorsqu’il fait soleil (que c’est le jour) : on peut boire du lait ; alors que lorsqu’il fait noir (que c’est la nuit) : c’est l’heure de dormir. Pour vous aider, utilisez une histoire ou répétez souvent ces phrases pour que votre enfant comprenne le concept. 


Comment faciliter cette étape?
Le livre Nursies When the Sun Shines* a été écrit spécifiquement pour aider les mères à faire le sevrage nocturne. Grâce aux magnifiques illustrations, vous pouvez aider votre enfant à comprendre que l’allaitement est possible seulement le jour puisque la nuit tout le monde doit dormir, même le lait! Les mots sont bien choisis et l’histoire mise sur l’amour et le lien d’attachement entre la mère et son enfant. (Le livre est en anglais.)

tmp_2F84217_2F1559669414149_2Fscreen-2.jpg
* C Havene, Katherine (2013). Nursies When the Sun Shines : A Little Book on Nightweaning. Elea Press, 20 pages

Gens de la ville de Lévis et ses environs, je peux vous en prêter un exemplaire. 

 

Maintenant que votre enfant comprend le principe et qu’il est prêt, vous pouvez entamer la deuxième étape.

L’importance d’ajouter avant de supprimer.

Pour faire le sevrage en douceur, nous vous proposons de continuer d’allaiter en tout temps au début, même la nuit.

Le principe est d’ajouter une manière différente de s’endormir pendant une période choisie.

Choisissez les heures de sommeil qui sont les plus importantes pour vous, par exemple entre 21h et 5h. Durant cette période, vous pouvez allaiter votre enfant au besoin, mais vous ne le laissez pas s’endormir au sein. Votre enfant peut s’endormir au sein avant ou après la période choisie seulement.


Quoi faire pour aider notre enfant à s’endormir?

Si vous lisez ce document, c’est que vous reconnaissez l’importance du besoin de proximité de votre enfant.

Une main sur le ventre ou une parole à l’autre bout de la maison pourrait ne pas être suffisant pour sécuriser votre enfant. Rapprochez-vous de lui. Vous pouvez le prendre, le bercer, lui faire un câlin, lui caresser le dos, lui tapoter les fesses, lui chanter une chanson ou lui offrir tout autre contact chaleureux qui pourra le rassurer.

Votre enfant sera peut-être fâché de cette nouvelle façon de faire, bien que vous soyez près de lui. Si c’est le cas, vous pouvez l’allaiter, mais ne le laissez pas s’endormir avec le sein.

Comment faciliter cette étape?

C’est parfois plus facile si votre enfant a un matelas simple au sol, car vous pourrez vous coucher à côté de lui et le réconforter par votre simple présence. Sur un matelas au sol, votre enfant pourra également s’endormir en étant allongé dans son lit, donc vous n’aurez pas besoin de le déplacer une fois qu’il sera endormi.


Appuyez doucement sous le menton de votre enfant pour refermer sa bouche. Sa langue se collera à son palais et lui procurera la sensation recherchée.


Vous pouvez également annoncer à votre enfant ce qui s’en vient : vous pourriez par exemple compter de 1 à 10 et lui annoncer qu’au compte de 10, vous le retirerez du sein, tout en le gardant collé contre vous. Vous pouvez lui redonner le sein et lui permettre de téter encore quelques secondes, mais sans le laisser s’endormir avec le sein dans sa bouche. Répétez, répétez, répétez…


Quand passer à l’étape suivante?
Lorsque votre enfant s’endort paisiblement en étant réconforté par vous, sans avoir le sein dans sa bouche, passez à l’étape suivante.

Si vous essayez et que votre enfant réagit très fortement (hurle, frappe), il n’est surement pas prêt pour le sevrage nocturne. Essayez à nouveau dans quelques mois. Rappelez-vous que vous connaissez mieux que quiconque votre enfant.

 

 

 

 

Si vous sentez que vous êtes sur le point d’exploser, vaut mieux vous retirer pendant quelques instants pour vous calmer que de rester près de votre enfant et de vous mettre à crier. Il est normal de sentir un débordement d’émotions et cela ne fait pas de vous une mauvaise mère.

Dans ce cas, vous pourriez par exemple laisser votre enfant seul quelques instants pour aller respirer dans la pièce d’à côté ou sortir dehors prendre une marche si votre partenaire peut prendre le relais. Cela pourrait vous permettre de revenir dans un état plus favorable pour poursuivre votre accompagnement auprès de votre enfant.

Notre corps nous parle ; on gagne toujours à l’écouter!

Vous pouvez également utiliser les mantras pour vous aider. Il s’agit d’un mot, de plusieurs mots ou d’une phrase qui fait du sens pour vous et que vous aide à vous placer dans l’état d’esprit que vous voulez. Vous pourriez par exemple répéter les mots «amour, patience, douceur» pour vous aider à vivre la transition dans cet état d’esprit et accompagner votre enfant avec amour, patience et douceur.

Maintenant que votre enfant accepte d’autres méthodes pour s’endormir, vous pouvez passer à la dernière étape.

Remplacer complètement
Les tétées pour s’endormir cessent à la même heure comme à la première étape.

Quand votre enfant se réveille, ne l’allaitez pas du tout.

Offrez toujours votre présence et votre réconfort, sans allaitement, durant la période choisie.

Répondez également à son besoin de soif et de faim grâce à la gourde d’eau et la collation que vous aurez placées près du lit.

Quoi faire pour aider votre enfant à se rendormir?
Restez à ses côtés pour lui fournir calme et réconfort, bien que le mode de réconfort ne corresponde pas à ce que votre enfant préfère. Votre enfant se rendormira après un câlin, avec votre main dans son dos et votre voix dans son oreille. Il apprendra à s’endormir sans avoir été nourri par votre sein, avec un peu moins de contact à chaque fois.

Comment faciliter cette étape?

  • Adaptez votre habillement selon la personnalité de votre enfant. Vos seins devraient-ils être facilement accessibles ou pas du tout? Votre enfant pourrait soit être frustré de voir votre poitrine ou au contraire, pourrait être rassuré de pouvoir y déposer sa petite main. 
  • Si vous dormez dans le même le lit, vous pouvez tourner le dos à votre enfant. 
    Vous pouvez aussi dormir dans la même chambre, mais dans un lit différent, au sol.
  • Impliquez une autre personne en qui votre enfant a confiance pour s’occuper des réveils la nuit.
Quand crier victoire?
Après quelques nuits, votre enfant se rendormira avec une petite caresse et votre voix. Il découvrira même ses propres rituels pour replonger dans le sommeil (coller un toutou, serrer une couverture, frotter ses pieds l’un contre l’autre, sentir votre chandail, déposer sa main sur votre poitrine).

Félicitations!

Vous avez maintenant des idées pour vous guider dans l’accompagnement de votre enfant vers le sevrage nocturne.

Pour certaines, ces informations agiront comme un baume réparateur à leurs nuits de parents. D’autres auront besoin d’aller plus en profondeur pour atteindre les changements souhaités. Nous sommes là pour vous aider.

Demandez de l’aide à une personne-ressource qui pourra vous soutenir durant cette étape de la maternité.

 

Les situations particulières et les alternatives

Vous pourriez avoir envie de faire une exception et de permettre l’allaitement la nuit quand votre enfant est malade. Vous avez le droit de le faire! 

C’est d’ailleurs une très bonne idée puisque votre enfant aura besoin de plus d’amour et de réconfort durant cette période. De plus, les anticorps de votre lait seront utiles et l’aideront à combattre plus rapidement. 

Lorsqu’il se sentira mieux, rappelez simplement le concept à votre enfant. Le retour aux nuits plus calmes sans le sein se fera plus facilement que la première fois où vous avez introduit cette façon de faire.

Au lieu de mettre de l’énergie pour changer les comportements de son enfant, il est possible de garder cette énergie pour soi et d’explorer d’autres moyens pour se sentir mieux malgré les boires la nuit. On vous présente quelques propositions.

  1. Se libérer des émotions négatives et de la fatigue avec des techniques mentales efficaces (cohérence cardiaque, technique de libération émotionnelle «EFT», méditation). 
  2. Repenser à son arrangement de sommeil (dormir dans le même lit que son enfant de manière sécuritaire* / dormir dans deux lits séparés, mais collés / mettre le matelas au sol / enlever les horloges dans la chambre / ne pas regarder l’heure). 
  3. Évaluer son alimentation pour qu’elle soit équilibrée et optimale. 
  4. S’entraîner à faire des siestes le jour ou prévoir des moments de relaxation. 
  5. Demander du soutien pour les tâches ménagères ou pour prendre soin des autres enfants.
  6. Se coucher en même temps que son enfant pour profiter d’un sommeil plus réparateur. Se coucher 1h plus tôt en faisant ce qui est important le matin au lieu du soir. 
  7. Impliquer un partenaire lors des réveils la nuit. 
  8. S’entourer de femmes qui ont des valeurs semblables aux siennes et qui comprennent la situation. 
  9. Se rappeler que répondre aux besoins de son enfant avec amour fait de nous une femme extraordinaire et que cette période intense est temporaire. 

    Laisser un commentaire

    avatar
      S'inscrire  
    M'aviser de